La permaculture, un écosystème applicable chez vous ?

On vous présentait, il y a peu, l’intérêt d’opter pour une tondeuse durable et écologique. L’objectif est de tendre à un jardinage respectueux de l’environnement grâce à des outils vieux comme le monde mais qui permettraient de conserver une biodiversité dans notre jardin.

Aujourd’hui, nous voulions vous parler de la permaculture, un écosystème autour du jardin qui s’auto-gère et s’auto-alimente. Ce mode de culture est de plus en plus utilisé dans les jardins mais nécessite quelques prérequis.

Quel est le principe de la permaculture ?

C’est une culture qui s’appuie sur des principes simples dont l’objectif est de reproduire un environnement naturel afin d’y faire pousser des fruits et des plantes dans les meilleures conditions.

C’est le mélange et l’équilibre que nous pouvons retrouver dans la nature que nous essayons de reproduire à une petite échelle afin d’y faire pousser toutes sortes de végétaux. Le jardinier prépare ces différents éléments et les organise dans le jardin de façon à ce que chaque être vivant puisse vivre et grandir dans un cadre adapté et y faire profiter ces compères.

Ecosystème permaculture

Par quoi commencer en permaculture ?

Lorsque vous commencez à vous renseigner sur ce sujet, vous devez vous poser la question de pourquoi le faire et quels sont les prérequis à cette pratique.

Si vous souhaitez réussir votre jardin et y pratiquer la permaculture, vous devez avoir comme optique d’être minimaliste sur l’implantation de votre jardin. Il faut le concevoir de telle façon que tous les éléments constituant ce vaste espace puissent cohabiter et s’aider mutuellement.

C’est avant tout un travail que vous devez faire par rapport à l’existant : comment est actuellement votre jardin, quelles sont les zones protégées et quelles sont celles qui sont souvent dans les bourrasques de vent…

C’est là encore un travail sur le sol, que ce soit sur sa composition, sa disposition mais également sur les sources pouvant apporter de quoi « nourrir » l’ensemble.

Est-ce une culture accessible pour tout le monde ?

La démocratisation de cette culture s’effectue par du bouche à oreille mais également par le biais d’internet, via des vidéos ou des articles. Ces différents supports permettent d’apprendre des gestes et pratiques simples pour s’initier à cette pratique sans forcément commencer par un grand jardin. Il n’y a pas de petites actions et chaque geste du quotidien peut s’apparenter à de la permaculture. En effet, celle-ci prône l’utilisation et la réutilisation de l’existant.

Ensuite, lorsque vous voudrez vraiment vous lancer, il faudra concevoir un design afin d’optimiser un maximum les espaces et de s’appuyer sur les points forts de votre jardin. Pour combler les points faibles, vous pourrez par exemple opter pour des végétaux spécifiques ou animaux capables de transformer cette partie négative en quelque chose de positif pour l’écosystème.

Ce n’est finalement pas quelque chose où l’on va pouvoir se lancer sans connaissance. Il faut être méthodique et pragmatique.

Permaculture jardin

Quelles actions simples pour l’entretien de mon jardin si je ne peux pas faire de la permaculture ?

Faire du compost

Quelques gestes simples du quotidien peuvent déjà être un bon pas vers une pratique du jardinage plus naturel. Afin de faire pousser vos plantes et légumes lors de la saison, vous pouvez appliquer un mélange de terre et de compost au pied de ces derniers.

Le compost est constitué de nombreux déchets organiques que vous allez soigneusement mettre dans un bac à compost tout au long de l’année. Fini les épluchures de légumes dans votre poubelle, leur nouvelle place sera dans le compost !

En effet, toutes vos épluchures de fruits et légumes, ainsi que les coquilles d’œufs et autres déchets similaires pourront être réutilisés afin de créer un engrais naturel. 

Couvrir le sol

La deuxième petite astuce pourrait être de couvrir le sol avec ce que l’on appelle plus communément le paillage. Cette pratique vise à protéger vos plantations des températures et des agressions extérieures.

Pour cela, vous pouvez utiliser l’herbe de la tonte, du compost ou encore de la paille (herbes hautes séchées), si vous avez cela à disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *